John W. Conroy, c.r., reçoit le
Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel 2015

Vancouver, 3 février 2016 – Aujourd’hui, M. Howard Sapers, enquêteur correctionnel du Canada, a remis le Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel 2015 à John Conroy, c.r.

« Au cours d’une carrière s’échelonnant sur plus de quatre décennies, M. Conroy a pratiquement écrit le livre sur le droit carcéral canadien », a déclaré M. Sapers. « Dans une série de contestations judiciaires et de causes dont la solution fait jurisprudence, M. Conroy a bien fait comprendre aux plus hauts tribunaux du pays que les droits constitutionnels relatifs à la liberté, à la sécurité et à la citoyenneté ne s’appliquent pas qu’à l’extérieur de la prison. Sa croyance selon laquelle le devoir d’agir équitablement doit s’étendre, sans préjudice, au traitement des prisonniers a aidé à établir plusieurs précédents dans l’administration du droit correctionnel fédéral. Les audiences disciplinaires, les fouilles de détenus, les visites en milieu carcéral, le calcul des peines, le droit de vote des détenus sous responsabilité fédérale, les droits des délinquantes sous responsabilité fédérale et, plus récemment, de nombreuses affaires portant sur le transfèrement international de prisonniers, ont tous bénéficié de la défense de M. Conroy. J’ai le plaisir de présenter ce prix en reconnaissance de réalisations et d’une contribution remarquables, tout au long d’une carrière, au droit carcéral et à la réforme pénitentiaire au Canada. » 

M. Conroy a été admis au Barreau de la Colombie-Britannique en 1972. Il est un membre fondateur ou un membre actif de plusieurs associations professionnelles nationales et internationales, comme la Canadian Prison Lawyers Association et la West Coast Prison Justice Association (services juridiques aux prisonniers de la Colombie-Britannique), et il siège au conseil d’administration de l’International Society for the Reform of the Criminal Law. Il est membre du Comité sur l’emprisonnement et la mise en liberté de la section nationale de justice pénale de l’Association du Barreau canadien, qu’il a présidé pendant de nombreuses années. En 2014, M. Conroy a reçu le Prix individuel pour l’excellence en matière de soutien juridique del’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique.

M. Conroy a comparu devant la Cour suprême du Canada, la Cour fédérale du Canada, des tribunaux de première instance et des tribunaux d’appels, des tribunaux de la Colombie-Britannique à tous les échelons du système judiciaire et devant plusieurs commissions royales et comités parlementaires ou autres commissions d’enquêtes dans les domaines du droit pénal, du droit constitutionnel et du droit administratif. Parmi les causes importantes en matière de droit carcéral dans le cadre desquelles il a comparu, citons : Martineau c. l’établissement de Matsqui (1980), Cardinal et Oswald c. la Reine (1986), Horii c. Service correctionnel du Canada et al. (1991), Mooring c. Commission nationale des libérations conditionnelles (1996), Sauvé c. Canada (2002) et Whaling c. Canada (2012). Nommé conseil de la reine en 1996 en reconnaissance de son mérite exceptionnel et de sa contribution à la profession juridique, M. Conroy continue de militer activement en faveur d’une réforme des lois antidrogues du Canada, y compris du traitement de la toxicomanie en tant que problème de santé plutôt qu’enjeu de nature juridique.

Le Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel a été créé en l’honneur de M. Ed McIsaac, qui a été le directeur exécutif du Bureau de l’enquêteur correctionnel pendant 18 ans. Chaque récipiendaire reçoit une reproduction d’une sculpture intitulée Medecine Man d’Audrey Greyeyes, une artiste crie de la Nation crie de Muskeg Lake.La sculpture symbolise la sagesse, la clarté des idées et le leadership, des qualités reflétant la personnalité et la carrière de M. McIsaac.

Six autres personnes ont reçu le Prix, présenté annuellement depuis 2009 : Michael Jackson, Mary Campbell, Kim Pate, Jean-Claude Bernheim, Graham Stewart et Elizabeth Parkinson. 

Afin d’obtenir plus d’information sur le processus de nomination relatif au Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel, veuillez consulter le site du Bureau de l’enquêteur correctionnel à l’adresse www.oci-bec.gc.ca.  

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :
Ivan Zinger, LL.D., Ph. D.
Directeur exécutif et avocat général
Bureau de l’enquêteur correctionnel
Tél. : 613-990-2690
Ivan.Zinger@oci-bec.gc.ca

 

-30-