Kim Pate reçoit le Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel 2011

OTTAWA, le 8 décembre 2011 – Aujourd’hui, M. Howard Sapers, l’enquêteur correctionnel, a annoncé avec une très grande fierté que Mme Kim Pate, directrice exécutive de l’Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF) recevra le Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel.

Le Prix Ed McIsaac a été créé en l’honneur de M. Ed McIsaac, qui a été longtemps le directeur exécutif du Bureau de l’enquêteur correctionnel ainsi qu’un fervent promoteur et défenseur des droits de la personne au sein du système correctionnel.

Lors de la présentation du prix, M. Sapers a souligné la carrière exemplaire de Mme Pate qui s’est consacrée à l’avancement de la justice sociale et à la défense des droits de la personne des jeunes, des femmes et des hommes marginalisés. Selon M. Sapers : « Mme Pate a travaillé sans répit, avec courage et dévouement, pour faire respecter la primauté du droit et la défense des droits de la personne des groupes les plus vulnérables et défavorisés de la société. Elle continue de représenter une force de changement, puissante et passionnée, et elle est une figure de proue, tant à l’échelle nationale qu’internationale, en matière de défense des droit des femmes et des filles criminalisées et incarcérées.»

Mme Pate a été indispensable à l’instauration de coalitions avec des organismes de justice sociale, et elle a permis d’attirer l’attention nationale et internationale sur des enjeux touchant les femmes purgeant une peine de ressort fédéral. Mme Pate a attiré l’attention du public sur les événements qui ont eu lieu à la Prison des femmes de Kingston en 1994, ce qui a mené à la création du Rapport sur la commission d’enquête sur certains événements survenus à la Prison des femmes de Kingston. Avocate et éducatrice de formation, Kim a dédié sa vie professionnelle et personnelle à la promotion de l’égalité et de la justice dans les établissements correctionnels.

Au moment de sa retraite, M. McIsaac a reçu une sculpture de Mme Audrey Greyeyes, une artiste crie de la nation crie de Muskeg Lake, intitulée Medicine Man. La sculpture symbolise la sagesse, la clarté de la pensée et le leadership. Mme Pate recevra une reproduction de cette sculpture ainsi qu’un modeste don qu’elle pourra remettre à une œuvre de bienfaisance de son choix. C’est la troisième fois que le Prix McIsaac est remis depuis qu’il a été créé en décembre 2008.

L’enquêteur correctionnel est chargé, en vertu d’une loi fédérale, d’agir comme ombudsman pour les délinquants sous responsabilité fédérale. Il a notamment pour rôle de cerner les carences systémiques et de les porter à l’attention des personnes responsables du système correctionnel fédéral. Pour obtenir plus d’information sur le processus de nomination pour le Prix Ed McIsaac pour la promotion des droits de la personne dans le système correctionnel, veuillez consulter le site du Bureau de l’enquêteur correctionnel à l’adresse www.oci-bec.gc.ca.

-30-

Pour de plus amples renseignements
Ivan Zinger, LL.B. Ph.D.
Directeur exécutif et avocat général
Bureau de l’enquêteur correctionnel
613‑990‑2690
Ivan.Zinger@oci-bec.gc.ca